top of page
DIMANCHE 30 JUIN 2024

DIMANCHE 30 JUIN 2024

Evangile en Marc 5, 21-43

Notre Seigneur Jésus regagna en barque l'autre rive, et une grande foule s'assembla autour de lui. Il était au bord du lac. Arrive un chef de synagogue, nommé Jaïre. Voyant Jésus, il tombe à ses pieds et le supplie instamment : « Ma petite fille est à toute extrémité. Viens lui imposer les mains pour qu'elle soit sauvée et qu'elle vive. » Jésus partit avec lui, et la foule qui le suivait était si nombreuse qu'elle l'écrasait. Or, une femme, qui avait des pertes de sang depuis douze ans... Elle avait beaucoup souffert du traitement de nombreux médecins, et elle avait dépensé tous ses biens sans aucune amélioration ; au contraire, son état avait plutôt empiré - ... cette femme donc, ayant appris ce qu'on disait du Seigneur Jésus, vint par derrière dans la foule et toucha son vêtement. Car elle se disait : « Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée. » A l'instant, l'hémorragie s'arrêta, et elle ressentit dans son corps qu'elle était guérie de son mal. Aussitôt Jésus se rendit compte qu'une force était sortie de lui. Il se retourna dans la foule, et il demandait : « Qui a touché mes vêtements ? » Ses disciples lui répondaient : « Tu vois bien la foule qui t'écrase, et tu demandes : ‘’Qui m'a touché ?'’ » Mais lui regardait tout autour pour voir celle qui avait fait ce geste. Alors la femme, craintive et tremblante, sachant ce qui lui était arrivé, vint se jeter à ses pieds et lui dit toute la vérité. Mais le Seigneur Jésus reprit : « Ma fille, ta foi t'a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal. » Comme il parlait encore, des gens arrivent de la maison de Jaïre pour annoncer à celui-ci : « Ta fille vient de mourir. A quoi bon déranger encore le Maître ? » Le Seigneur Jésus, surprenant ces mots, dit au chef de la synagogue : « Ne crains pas, crois seulement. » Il ne laissa personne l'accompagner, sinon Pierre, Jacques, et Jean son frère. Ils arrivent à la maison du chef de synagogue. Jésus voit l'agitation, et des gens qui pleurent et poussent de grands cris. Il entre et leur dit : « Pourquoi cette agitation et ces pleurs ? L'enfant n'est pas morte : elle dort. » Mais on se moquait de lui. Alors il met tout le monde dehors, prend avec lui le père et la mère de l'enfant, et ceux qui l'accompagnent. Puis il pénètre là où reposait la jeune fille. Il saisit la main de l'enfant, et lui dit : « Talitha koum », ce qui signifie : « Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! » Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher -elle avait douze ans. Ils en furent complètement bouleversés. Mais le Seigneur Jésus leur recommanda avec insistance que personne ne le sache ; puis il leur dit de la faire manger.

© Source Liturgie catholique - AELF

Au cœur de notre vie

Ce passage nous raconte deux miracles puissants de notre Seigneur Jésus : la guérison de la femme souffrant d'une hémorragie et la résurrection de la fille de Jaïre. Ces récits, riches en enseignements, nous rappellent la puissance de la foi et la compassion incommensurable de notre Seigneur.

Dans ce passage, notre Seigneur Jésus revient de l'autre côté de la mer et une grande foule se rassemble autour de lui. Un des chefs de la synagogue, nommé Jaïre, s'approche de Jésus et tombe à ses pieds, implorant son aide pour sa fille mourante. La foi de Jaïre est manifeste : malgré sa position élevée, il n'hésite pas à se rabaisser devant notre Seigneur Jésus, reconnaissant en lui celui qui peut sauver sa fille.

Pendant que Jésus se dirige vers la maison de Jaïre, une femme souffrant d'une hémorragie depuis douze ans s'approche de lui dans la foule. Cette femme a tout essayé pour guérir, mais en vain. Selon la loi juive, elle est considérée comme impure et isolée de la communauté. Pourtant, elle croit que toucher simplement le vêtement de notre Seigneur Jésus peut la guérir. Sa foi audacieuse est récompensée ; dès qu'elle touche son vêtement, elle est guérie.

Notre Seigneur Jésus ressent immédiatement que de la puissance est sortie de lui et se retourne pour demander qui l'a touché. La femme, tremblante, se jette à ses pieds et lui dit toute la vérité. Jésus, loin de la réprimander, la bénit en disant : « Ma fille, ta foi t’a sauvée ; va en paix et sois guérie de ton mal. » Par cette simple déclaration, notre Seigneur Jésus restaure non seulement sa santé, mais aussi sa dignité et sa place dans la communauté.

Alors que Jésus continue son chemin, des messagers arrivent de la maison de Jaïre pour annoncer que sa fille est morte. Mais Jésus, imperturbable, dit à Jaïre : « Ne crains pas, crois seulement. » En arrivant à la maison, il prend la main de la jeune fille et dit : « Talitha koum », ce qui signifie : « Fillette, je te le dis, lève-toi ! » À ces mots, la jeune fille se lève et marche, suscitant l'émerveillement de tous.

Ces récits sont bien plus que de simples histoires de guérison. Ils sont des témoignages vivants de ce que signifie avoir foi en notre Seigneur Jésus. Dans notre monde moderne, où tant de choses peuvent nous éloigner de l'Église et de notre foi, ces miracles nous rappellent la nécessité de revenir au Seigneur Jésus avec une foi authentique et humble.

Comme Jaïre, nous sommes appelés à nous approcher de Jésus avec un cœur humble, reconnaissant notre besoin de lui. Comme la femme hémorroïsse, nous sommes invités à braver nos peurs et à chercher le Seigneur Jésus, croyant qu'il peut transformer nos vies. Et enfin, nous devons entendre l'appel du Seigneur Jésus à ne pas craindre, mais à croire seulement.

Même si nous avons pris notre distance de l'Église institutionnelle, en retrait de de la communauté, souvenons-nous que notre foi ne repose pas dans une institution, mais dans la personne vivante de notre Seigneur Jésus, le Christ, venu sauver chacun d’entre nous. Il est celui qui nous guérit, qui nous restaure et qui nous redonne la vie. Recherchons sa présence, touchons-le par notre foi, et permettons-lui de transformer nos vies, tout comme il a transformé celles de Jaïre et de la femme hémorroïsse.

Que le Seigneur nous bénisse et nous guide sur le chemin de la foi renouvelée et de la communion restaurée avec lui. Que le Seigneur nous garde chaque jour !

Partagez autour de vous

bottom of page