top of page
VENDREDI 5 JUILLET 2024

VENDREDI 5 JUILLET 2024

Evangile du Seigneur Jésus en Matthieu 9, 9-13

Notre Seigneur Jésus, sortant de Capharnaüm, vit un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain (collecteur d'impôts). Il lui dit : « Suis-moi. » L'homme se leva et le suivit. Comme notre Seigneur Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient aux disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs ? » Notre Seigneur Jésus, qui avait entendu, déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que veut dire cette parole : C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices. Car je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs. »

© Source Liturgie catholique - AELF

Au cœur de notre vie

Aujourd'hui, nous méditons sur un passage puissant de l'Évangile de Matthieu, chapitre 9, versets 9 à 13. Ce passage nous raconte l'appel de Matthieu, un collecteur d'impôts, et la réaction de notre Seigneur Jésus face aux critiques des pharisiens. À travers cette histoire, nous découvrons une profonde leçon sur l'amour, la miséricorde et l’accueil intégrale de Dieu notre Père.

À l'époque de Jésus, les collecteurs d'impôts étaient souvent méprisés par leurs compatriotes juifs. Ils étaient vus comme des collaborateurs des Romains et étaient souvent accusés de corruption et d'injustice. Matthieu, en tant que collecteur d'impôts, représentait donc une figure marginalisée et rejetée par la société religieuse de son temps. Pourtant, c'est précisément lui que notre Seigneur Jésus appelle à devenir un de ses disciples.

Ce passage porte un message d'espoir et de réconfort. Notre Seigneur Jésus, en appelant Matthieu, nous montre que personne n'est trop éloigné ou trop pécheur pour être appelé par Dieu. L'amour de notre Seigneur Jésus va au-delà des barrières sociales, religieuses et morales.

Les paroles de notre Seigneur Jésus, « C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices » résonnent encore aujourd'hui. Trop souvent, nous nous concentrons sur des rituels et des obligations, oubliant que le cœur de notre foi est la miséricorde et l'amour. Notre Seigneur Jésus nous invite à ouvrir nos cœurs, à accueillir l'autre sans jugement, et à nous rappeler que nous sommes tous en chemin vers la guérison et la réconciliation.

Pour ceux qui sont en retrait de leur communauté, qui ont pris leur distance envers l’Eglise, rappelez-vous que Jésus vous appelle personnellement, tout comme il a appelé Matthieu. Il ne regarde pas vos erreurs ou vos échecs, mais voit en vous un être précieux et aimé.

L'appel de Matthieu est un rappel puissant que l'Évangile est une bonne nouvelle pour tous, spécialement pour ceux qui se sentent perdus ou rejetés. Notre Seigneur Jésus est venu pour les pécheurs, pour les malades de l'âme, et son invitation à le suivre est une invitation à découvrir l'amour inconditionnel de Dieu, notre Père.

Prions ensemble pour que chacun de nous puisse répondre à cet appel, dans cette période d’élection où les chrétiens sont divisés, restons des témoins de l'amour et de la miséricorde dans notre monde.

Que Dieu nous garde !

Partagez autour de vous

bottom of page