top of page

L'EVANGILE AU COEUR DE NOTRE VIE

Samedi 25 novembre 2023

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Luc 20, 27-40

Alors s'approchèrent quelques Sadducéens. Les Sadducéens contestent qu'il y ait une résurrection. Ils lui posèrent cette question : « Maître, Moïse a écrit pour nous : Si un homme a un frère marié qui meurt sans enfants, qu'il épouse la veuve et donne une descendance à son frère. Or il y avait sept frères. Le premier prit femme et mourut sans enfant. Le second, puis le troisième épousèrent la femme, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d'enfant. Finalement la femme mourut aussi. Eh bien, cette femme, à la résurrection, duquel d'entre eux sera-t-elle la femme, puisque les sept l'ont eue pour femme » ? Jésus leur dit: « Ceux qui appartiennent à ce monde-ci prennent femme ou mari. Mais ceux qui ont été jugé dignes d'avoir part au monde à venir et à la résurrection des morts ne prennent ni femme ni mari. C'est qu'ils ne peuvent plus mourir, car ils sont pareils aux anges: Ils sont fils de Dieu puisqu'ils sont fils de la résurrection. Et que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même l'a indiqué dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob. Dieu n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants, car tous sont vivants pour lui ». Quelques scribes, prenant la parole, dirent: « Maître, tu as bien parlé». Car ils n'osaient plus l'interroger sur rien.

© Traduction Œcuménique de la Bible (T.O.B)

L'évangile au cœur de notre vie

Les sadducéens étaient un groupe religieux et politique qui faisaient partie du Judaïsme, issus de l’aristocratie sacerdotale. Ils détenaient le pouvoir dans le Temple de Jérusalem… ils avaient des postes importants, comme celui de grand prêtre ou membre du Sanhédrin, le conseil suprême des juifs.
Les sadducéens ne croyaient pas aux choses surnaturelles… de fait, encore moins à la résurrection. Comme d’habitude, il voulaient renvoyer notre Seigneur Jésus dans des contradictions. Il ne rentre évidemment pas dans leur piège.

Une femme a eu sept maris… sept frères. Dans la tradition juive, il est écrit dans la coutume du Lévirat : « Si des frères habitent ensemble et que l’un d’eux meurt sans avoir de fils, la femme du défunt n’appartiendra pas à un étranger, en dehors de la famille. Son beau-frère ira vers elle, la prendra pour femme ». (Deutéronome 25,5)

Notre Seigneur répond qu’à la résurrection, il n’y aura pas de femmes ni de maris… car il n’y aura pas de procréation. Il seront pareils aux anges… cela ne veut pas dire des anges, mais immortels comme des anges. Notre Seigneur a su convaincre quelques scribes, mais pas tous. Les scribes étaient des docteurs de la loi. Ils étudiaient le droit civil et religieux et ils déterminaient de quelle manière il convenait de l’applique. Ils étaient très stricts. Pour lui avoir dit clairement : « Maître, tu as bien parlé »… il fallait le faire.

Notre Seigneur Jésus cite Exode 3, 6. Dieu dit à Moïse : « Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob. Notre Seigneur Jésus dit une chose clairement aux sadducéens : que les patriarches sont toujours vivants. C’est-à-dire que Dieu les garde vivants jusqu’à quand ? : La résurrection. Dieu n’est pas le Dieu des morts, mais le Dieu des vivants.

Même si j’ai pris mes distances envers l’Eglise et en retrait de ma communauté, j’ai cette espérance de la résurrection. Après une forte dépression violente qui a duré trois ans… avec une perte de confiance en moi… avec de grands doutes… j’ai ressuscité plus d’une fois dans mon existence… Dieu m’a toujours donné cette possibilité glorieuse de renaître en Lui.
Amen…

Didier Antoine

bottom of page