top of page

PREMIER TESTAMENT

231126

34ème dimanche du Temps Ordinaire - Année A
CHRIST ROI

Dimanche 26 novembre 2023

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Matthieu 25,

Notre Seigneur Jésus disait à ses disciples : « Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, accompagné de tous les anges, alors il siégera sur son trône de gloire. Devant lui seront rassemblées toutes les nations, et il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres. Il placera les brebis à sa droite et les chèvres à sa gauche. Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite: "Venez, les bénis de mon Père, recevez en partage le Royaume qui a été préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire; j'étais un étranger et vous m'avez recueilli ; nu, et vous m'avez vêtu; malade, et vous m'avez visité ; en prison, et vous êtes venus à moi". Alors les justes lui répondront: "Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé et de te nourrir, assoiffé et de te donner à boire ? Quand nous est-il arrivé de te voir étranger et de te recueillir, nu et de te vêtir ? Quand nous est-il arrivé de te voir malade ou en prison, et de venir à toi" ? Et le roi leur répondra: "En vérité, je vous le déclare, chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces plus petits, qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait"! Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche: "Allez-vous-en loin de moi, maudits, au feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. Car j'ai eu faim et vous ne m'avez pas donné à manger; j'ai eu soif et vous ne m'avez pas donné à boire, j'étais un étranger et vous ne m'avez pas recueilli; nu, et vous ne m'avez pas vêtu; malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité". Alors eux aussi répondront: "Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé ou assoiffé, étranger ou nu, malade ou en prison, sans venir t'assister"? Alors il leur répondra: "En vérité, je vous le déclare, chaque fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces plus petits, à moi non plus vous ne l'avez pas fait". Et ils s'en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes à la vie éternelle ».

© Source Traduction Œcuménique de la Bible (T.O.B)

Aujourd’hui, nous sommes le dernier dimanche du Temps Ordinaire dans notre liturgie. Dimanche prochain nous entrerons dans le Temps de l’Avent… ce temps qui nous mène vers la « Nativité de notre Seigneur Jésus » (Noël).

Le passage de l’Evangile que tu viens de lire est très important dans notre vie chrétienne. Le chapitre 25 de l’Evangile de Matthieu contient trois paraboles qui illustrent le thème du retour de notre Seigneur Jésus… Nous les avons lus les dimanches précédents. Celle des dix vierges avec leur lampe d’huile, tu sais ces cinq insouciantes et ces cinq prévoyantes. Il y avait la parabole des talents, ce maître qui confia ses biens à ses serviteurs avant de partir en voyage. Puis aujourd’hui cette parabole des brebis et des chèvres. Cette parabole est pour moi plus que ça, c’est une parole prophétique… c’est-à-dire une décision de Dieu à la fin des temps… La tradition juive des prophètes quand tu lis la Bible, Dieu enseigne à Israël à travers eux, les actions que nous devons mener, le rappel de nos comportements et le jugement. C’était destiné à un seul peuple. Mais notre Seigneur Jésus , en tant Messie, nous enseigne que ce sera tous les peuples de la surface de notre monde sans exception.
Je te souligne que cette prophétie de notre Seigneur Jésus est annoncée peu avant sa mort. Et il faut que tu saches qu’il ne faut surtout pas occulter la miséricorde de notre Dieu, notre Père envers ses enfants et que ni toi ni moi, nous ne savons rien de se qui se passe dans l’indulgence de Dieu.

Sur quelle condition Dieu jugera le monde ? Il le fera individuellement. L’entrée dans son royaume est fondée par nos actes envers les autres.

Le Roi dit : « Vous m’avez donné à manger, j’ai eu soif, vous m’avez donné à boire, j’étais un étranger, vous m’avez accueilli, nu et vous m’avez vêtu ; malade et vous m’avez visité… en prison, vous êtes venus à moi. Dans nos actes envers nos frères et nos sœurs, il nous arrive de ne pas forcément évaluer l’impact, le bien que cela procure chez l’être que nous avons aidé. Tout ce que tu as fait de bien pour l’autre, c’est à Dieu et à notre Seigneur que tu l’as fait. Tout ce que tu n’as pas fait, c’est aussi à Dieu que tu ne l’as pas fait. Idem pour le mal.

Ce que j’ai d’important à te dire, c’est que le Seigneur ne te demande pas de te justifier aux yeux des hommes et de pavaner devant les autres ce que tu fais de bien. Le Seigneur voit ce que tu as fait de bon envers ton prochain, même en secret… il te le revaudra. Il connaît tes capacités, ce que tu es capable de faire. Reprenant le sens d’une métaphore de Thérèse de Lisieux, tu prends un grand verre, un verre moyen et un tout petit verre. Tu les remplis d’eau. L’important n’est la grandeur du verre, ni la quantité d’eau, l’important c’est qu’ils soient remplis tous les trois. C’est dans ce sens que notre Seigneur voit nos capacités dans notre vie.

Cette prophétie nous enseigne que le critère du jugement sera l’amour que tu auras manifesté envers notre Seigneur Jésus et envers ceux qui te sont proches… ta famille… tes amis… tes voisins… ceux que le Seigneur à mis sur ton chemin… tous ceux qui t’ont touché personnellement, les plus démunis, les personnes handicapées et isolées.

Dans ce passage de l’Evangile, je te l’ai dit, notre Seigneur est proche de sa mort. Ses enseignements, ses discours, ses prophéties répondent à toutes tes questions… sur ta foi… sur ta confiance que tu as envers notre Seigneur… en toute liberté… il t’encourage à persévérer. Même su tu n’arrives pas à t’intégrer dans un groupe religieux ou une communauté, continue de lire chaque jour la Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus .

Didier Antoine

bottom of page