top of page

PREMIER TESTAMENT

231202

34ème semaine du Temps Ordinaire

SAMEDI 2 DECEMBRE 2023

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Luc 21, 34-36

Notre Seigneur Jésus disait à ses disciples : « Tenez-vous sur vos gardes, de peur que vos cœurs ne s'appesantissent dans la débauche, l'ivrognerie, les soucis de la vie, et que ce Jour-là ne fonde soudain sur vous comme un filet ; car il s'abattra sur tous ceux qui habitent la surface de toute la terre. Veillez donc et priez en tout temps, afin d'avoir la force d'échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l'homme. »

© Source Bible de Jérusalem

Ce passage de l’Evangile se situe dans le discours de notre Seigneur Jésus sur la fin des temps. Il exhorte ses disciples à être vigilants, à ne pas se laisser entraîner par les préoccupations matérielles et les plaisirs excessifs de notre société de consommation. Notre Seigneur Jésus nous parle de débauche et d’ivrognerie… Il n’y va pas par quatre chemins. Il nous parle des excès de tout genre qui nous empêche d’être vigilants… sur ce qu’il y a de plus profond en nous… La vie est si fragile.

Dans son enseignement, il nous demande d’être attentif à ceux qui ont besoin de notre aide… ceux qui nous sont proches.

La recommandation de notre Seigneur Jésus de « veiller et prier en tout temps » est une invitation à la préparation de son retour. Même si nous avons pris de la distance envers l’Eglise, Le Seigneur Jésus nous encourage à être attentifs aux signes des temps… et à rester en communion avec Dieu notre Père et lui-même par la méditation et la prière. Par sa Bonne Nouvelle, nous aurons la force d’échapper à tout ce qui doit arriver de nous tenir debout devant le « Fils de l’homme ». Il évoque la fin des temps et personne ne peut dire quand cela arrivera. Veiller et prier pour prêt à rencontrer Dieu, le père de tous les hommes.
Même en retrait des communautés, nous pouvons avoir une vie spirituelle dense et harmonieuse… vers une préparation constante à notre entrée dans le Royaume de Dieu.

Didier Antoine

bottom of page