top of page

PREMIER TESTAMENT

240107

Epiphanie du Seigneur - Année B

7 janvier 2024

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Matthieu 2, 1-12

Jésus étant né à Bethléem de Judée, au temps du roi Hérode, voici que des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent: « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son astre à l'Orient et nous sommes venus lui rendre hommage ». A cette nouvelle, le roi Hérode fut troublé, et tout Jérusalem avec lui. Il assembla tous les grands prêtres et les scribes du peuple, et demanda auprès d'eux du lieu où le Messie devait naître. « A Bethléem de Judée, lui dirent-ils, car c'est ce qui est écrit par le prophète : Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n'es certes pas le plus petit des chefs-lieux de Juda : car c'est de toi que sortira le chef qui fera paître Israël, mon peuple ». Alors Hérode fit appeler secrètement les mages, se fit préciser par eux l'époque à laquelle l'astre apparaissait, et les envoya à Bethléem en disant: « Allez-vous renseigner avec précision sur l'enfant ; et, quand vous l'aurez trouvé, avertissez-moi pour que, moi aussi, j'aille lui rendre hommage ». Sur ces paroles du roi, ils se mirent en route; et voici que l'astre, qu'ils avaient vu à l'Orient, avançait devant eux jusqu'à ce qu'il vint s'arrêter au-dessus de l'endroit où était l'enfant. A la vue de l'astre, ils éprouvèrent une très grande joie. Entrant dans la maison, ils virent l'enfant avec Marie, sa mère, et, se prosternant, ils lui rendirent hommage ; ouvrant leurs coffrets, ils lui offrirent en présent de l'or, de l'encens et de la myrrhe. Puis, divinement avertis en songe de ne pas retourner auprès d'Hérode, ils se retirèrent dans leur pays par un autre chemin.

© Source Traduction Œcuménique de la Bible (T.O.B)

Une semaine après la naissance de notre Seigneur Jésus, Matthieu nous raconte l’histoire de ces mages venus d'Orient cherchant l'enfant qui est né à Bethléem. Ces mages, souvent appelés « les Rois mages » ont été guidés par une étoile miraculeuse. Cela témoigne de la recherche sincère de la vérité… ils se sont mis en route… et de la spiritualité, transcendant les barrières culturelles et géographiques…
L’étoile qui a intrigué ces mages, qui les a poussés à en savoir plus, à connaître ce Roi, comment en faisait-il l’interprétation… tout cela incarne bien cette quête humaine universelle de sens… cette recherche spirituelle que nous avons tous au-delà des frontières.

L’Evangile de ce dimanche nous enseigne que la recherche de la vérité nécessite parfois un voyage, une persévérance et une foi profonde. Les mages représentent les premiers pèlerins du monde.
La rencontre entre les mages et le roi Hérode ajoute une dimension d’inquiétude et de tension au récit… une préoccupation du pouvoir… de ceux qui la détienne… de la grande inquiétude que ce pouvoir puisse échapper aux hommes. Hérode, préoccupé par son propre pouvoir, réagit avec méfiance envers la naissance de ce nouveau roi. Ce passage ne nous le dit pas, mais Hérode pensait sûrement que la venue du Messie tant attendu par les juifs venait d’arriver.

Le choix d'Hérode de consulter les prêtres et les scribes concernant le lieu de naissance du Messie révèle à la fois son anxiété et son désir de préserver son règne. Il était non seulement préoccupé par la prophétie, mais aussi par la menace que représenterait la venue du Messie pour son propre pouvoir. La réponse des prêtres et des scribes, basée sur les Écritures, indique clairement que le Messie était censé naître à Bethléem, conformément au prophète Michée 5, 1 « Et toi Bethléem Ephrata, trop petite pour compter parmi les clans de Juda, de toi sortira pour moi, celui qui doit gouverner Israël, ses origines remontent à l’antiquité, aux jours d’autrefois. »

Le passage des présents offerts par les mages, l’or signifie un cadeau associé à la royauté et à la dignité.
En offrant l’or à notre Seigneur Jésus, les mages reconnaissaient et honoraient sa royauté qui symbolise qui symbolise également sa nature divine de Messie.

L’encens était utilisé dans les rituels religieux comme offrande à Dieu… cela perdure de nos jours. En offrant de l’encens à notre Seigneur Jésus, les mages reconnaissaient sa mission sacerdotale comme prêtre.
La myrrhe était une gomme-résine venant de l’arbre de la myrrhe. C’est une substance précieuse utilisée pour l’embaumement des corps. En offrant de la myrrhe à notre Seigneur Jésus, les mages anticipaient symboliquement les souffrances et la mortalité humaine de notre Seigneur Jésus.

Ces dons prophétiques préfigurent la vie… la mission… la mort de notre Seigneur de Jésus, qui est venu pour régner en tant que roi. Il nous enseignera que son royaume n’est pas de ce monde, mais auprès de son Père, notre Dieu et que sa venue était pour nous y préparer une place.

Même si nous avons pris de la distance envers l’Eglise, l'Évangile de Matthieu nous invite à réfléchir cette semaine sur notre propre démarche… notre propre curiosité, notre propre découverte spirituelle… notre quête de la vérité et notre capacité à reconnaître la présence de Dieu dans nos vies. Ce passage nous encourage également à offrir nos dons, nos talents au service de Dieu et au service des autres. Notre vie sera transformée à l'exemple des mages qui ont trouvé l'Enfant Jésus et l'ont adoré avec humilité… simplicité… respect et reconnaissance.

Didier Antoine

bottom of page